Quelle formation avec le bac ST2S en poche ?

Le bac Sciences et technologies de la santé et du social ou ST2S, a pour objectif de faciliter la poursuite d’études des lycéens ayant choisi cette filière  préparant aux concours d’entrée des écoles du secteur social et paramédical. Si des compétences spécifiques sont requises dans le domaine scientifique, l’approche des notions en sciences humaines est plus conceptuelle et nécessite un esprit critique bien développé. Ainsi, pendant les deux années de formation en ST2S, les étudiants continuent d’avoir les matières générales du tronc commun, comme l’histoire-géographie, le français ou la philosophie, qui viennent s’ajouter aux disciplines propres à la filière sociale et paramédicale, telles que les sciences et technologies sanitaires et sociales, la biologie ou la physiopathologie humaine.

bac ST2S

Cependant, il ne faut pas oublier que les années de lycée en STS2 ne sont pas considérées comme un diplôme professionnalisant, donc une poursuite d’études est fortement conseillée, pour tous ceux qui souhaiteraient se spécialiser ou encore se forger une carrière dans l’un de ces domaines. Dans ce sens,  les titulaires du bac ST2S ont un profil adéquat pour intégrer le secteur social ou paramédical au sein d’un BTS ou d’un DUT. Si envisager des études longues peut s’avérer plus compliqué, ça reste pourtant possible. Décryptage du panorama général d’études d’un étudiant titulaire d’un bac ST2S.

Les écoles accessibles après le bac ST2S

Tout d’abord, il faut savoir qu’une fois le bac en poche, l’étudiant se confronte à plusieurs choix. Le choix du secteur ou de la filière, le choix de la formation et le choix de l’école. Plusieurs filières de spécialisation sont possibles avec un bac ST2S, ainsi que de nombreuses possibilités de formations et d’écoles à envisager. En ce qui concerne le choix de l’école, les possibilités s’offrant aux titulaires du bac ST2S incluent les écoles paramédicales, les écoles sociales, ou encore les écoles du secteur médico-social.

Dans la filière paramédicale, il y a les Instituts de Formation en Soins Infirmiers (IFSI), qui sont accessibles sur concours, et forment en trois ans au métier d’infirmier.  Plus de trois cents établissements, publics et privés, accueillent les élèves infirmiers sur l’ensemble du territoire souvent suite à une année de prépa. En revanche, ces trois années d’études d’infirmier donnent accès à un diplôme reconnu par l’État au grade de licence. Avec ce diplôme, une spécialisation est possible en puériculture, anesthésie, ou pour devenir infirmier de bloc opératoire.

Egalement il y a la possibilité de préparer un Diplôme de technicien supérieur (DTS) en imagerie médicale et radiologie thérapeutique en trois ans post-bac ou de passer le concours pour préparer le diplôme d’Etat de manipulateur d’électroradiologie médicale.

Par ailleurs, dans le secteur social, il y a les écoles d’assistants de service social et les écoles d’éducateurs, toutes deux particulièrement adaptées aux bacheliers ST2S. Bien que théoriquement accessibles sur concours post-bac, la sélection est si exhaustive qu’il est conseillé d’intégrer d’abord un BTS Economie sociale et familiale ou un Dut carrières sociales ou encore une licence en psychologie ou sociologie pour augmenter les chances de réussite ensuite dans les écoles sociales.

Les écoles du secteur social préparent en trois ans à un diplôme d’Etat, obligatoire pour exercer dans le secteur du social aux métiers d’Assistant de Service Social (DEASS), Conseiller en Economie Sociale et Familiale (DECESF) ou d’Educateur Spécialisé (DEES). Finalement, les étudiants intéressés pourront également opter pour un secrétariat médical dans l’un des cinquante établissements publics et privés conçus à cet effet.

Les formations possibles : études courtes ou longues ?

Une fois fait le tour des écoles, il est temps de s’occuper des formations. En effet, dans le domaine social et paramédical, plusieurs possibilités sont disponibles aux étudiants en fonction de leur choix d’études. Les études courtes peuvent être suivies au sein de BTS et de DUT, des écoles spécialisées post bac, aboutissent à un diplôme d’état en trois ans permettant d’exercer un métier dans le domaine social, et l’université, bien que le choix moins plébiscité par les étudiants, propose également des parcours aux titulaires du bac ST2S.

Cependant, les titulaires du bac ST2S sont nombreux à s’orienter plutôt vers les filières courtes, notamment les BTS et les DUT qui mènent en seulement deux ans, à une rapide insertion professionnelle, ou encore à la poursuite d’études, notamment en licence pro.

Etudes courtes : le parcours évident

Deux domaines de formation sont proposés : ceux du secteur social et ceux du secteur paramédical. Pour le social, les diplômés du bac ST2S peuvent choisir le BTS Economie sociale familiale aboutissant à un diplôme permettant ensuite de décrocher, en un an, le DECESF (diplôme d’État de conseiller en économie sociale et familiale) ou encore le BTS Service et prestations des secteurs sanitaires. Egalement, il est possible d’opter pour le DUT Carrières sociales qui propose un large choix d'options de spécialisation (animation sociale et socioculturelle, gestion urbaine et développement touristique, parmi d’autres) dont deux, à savoir, l’assistance sociale et l’éducation spécialisée, qui, couplées à un an d’études supplémentaires, mènent au diplôme d’état d’assistant de service social (DEASS), ou encore au diplôme d’état d’éducateur spécialisé (DEES).

Les étudiants souhaitant s'orienter vers les métiers du paramédical peuvent se diriger vers les BTS Analyses biologiques, Diététique, métiers de l’esthétique-cosmétique-parfumerie ou encore vers les DUT Hygiène sécurité environnement ou Génie biologique, ce dernier offrant de nombreuses options (diététique, analyses biochimiques et biologiques ...) pour devenir technicien en analyses biomédicales.  Puis finalement, certains BTS se déroulent en trois ans dans un petit nombre d’établissements dont notamment, ceux formant aux métiers de l’appareillage (BTS Podo-orthésiste et BTS prothésiste-orthésiste), et le diplôme de Technicien supérieur en imagerie médicale et radiologie thérapeutique, qui garde 30% de ses places aux meilleurs bacheliers ST2S et aboutit au métier de manipulateur en radiologie.

A l'issue de ces formations courtes, les diplômés peuvent entrer sur le marché de l'emploi ou poursuivre leurs études avec un diplôme d'Etat, une licence professionnelle ou un diplôme universitaire.

 

Les études longues, un choix plébiscité au taux d’échec important

Dans ces secteurs, il y a également la possibilité d’accéder à des écoles spécialisées dans le paramédical ou dans le social. Cependant, tel qu’il a été indiqué auparavant, si l’on tient en compte leur sélectivité (entrée sur concours et sélection exhaustive), il est conseillé d’opter pour une année de prépa ou une autre formation courte afin de mettre toutes les chances de son côté.

Une fois l’accès assuré, de nombreux métiers deviennent envisageables grâce au diplôme d’Etat obtenu au terme de la formation. Ainsi, suite à une formation au sein d’une école spécialisée, les étudiants ont un large choix de métiers dont kinésithérapeute, aide-soignant(e), pédicure-podologue, ergothérapeute, infirmier(ère), diététicien, opticien pour le domaine paramédical ou assistant de service social, éducateur spécialisé, éducateur de jeunes enfants pour le domaine social.

Mais aussi surprenant que cela puisse paraître, c'est l'université qui accueille la plupart des bacheliers ST2S, notamment la licence généraliste. Cette filière, est souvent déconseillée aux bacs ST2S en raison d’un taux d’échec important et d’une absence totale de licences adaptées.  Cependant,  il est pourtant possible de mener à bout ces études et de réussir avec une forte motivation et une bonne base dans les matières générales, raison pour laquelle certaines facultés proposent des années de remise à niveau.

Les étudiants issus du bac ST2S peuvent donc opter pour des licences en biologie et en sciences de la vie ou en sciences humaines et continuer, ensuite, leur parcours en master dans les deux domaines, ou également opter pour un DEUST, ou diplôme d’études universitaires scientifiques et technologiques faisable en deux ans et proposant des formations à la fois dans le domaine social et dans celui de la santé (visiteur médical, animateur socioculturel, technicien biologiste…).

Close